Jeux antiques : du Colisée de Rome aux Arènes de Nîmes…

Le Colisée est le monument le plus célèbre de Rome… Construit en l’an 80 par quelque 20 000 esclaves, il pouvait contenir jusqu’à 50 000 personnes, réunies pour assister aux jeux de cirque et autres divertissements de l’époque….

A quoi le Colisée de Rome servait-il ?

Les jeux du cirque consistaient principalement en combats entre gladiateurs et en affrontements entre des hommes et des bêtes sauvages, mais aussi en épreuves d’athlétisme, et peut-être même des batailles navales, lors desquelles le centre de l’arène se voyait inondé pour l’occasion. Les spectateurs étaient placés suivant leur rang social, se répartissant de part et d’autre de la loge impériale. En cas de pluie, un velarium était tendu par des matins de la flotte de Misène. Dans les sous-sols étaient rassemblés les hommes et les animaux destinés aux spectacles ; leur tour venu, des monte-charge les hissaient dans l’arène. Le plus incroyable spectacle eut lieu en 249 à l’occasion des fêtes du millénaire de la ville : 2000 gladiateurs s’affrontèrent, 32 éléphants, 10 girafes, 60 lions et 10 tigres furent tués pendant les combats…

Y a-t-il des arènes en France ?

Les arènes de Nîmes dans le Gard et celles d’Arles dans les Bouches-du-Rhône sont les mieux conservées de toutes celles que les Romains ont élevées. De plus, celles d’Arles comptent parmi les plus anciennes du monde romain. Nîmes était l’une des grandes cités de la Rome impériale. Elle a conservé un ensemble exceptionnel de monuments datant de l’empereur Auguste, dont ses arènes. 24 000 spectateurs pouvaient prendre place sur les gradins, répartis sur quatre étages. Aménagées en forteresse au Moyen-Âge, les arènes hébergèrent plus de 2 000 personnes. Durant la Feria de Nîmes, des corridas redonnent vie à ce merveilleux amphithéâtre.

Arles, ancienne capitale romaine, abrite des arènes élevées en 46 av. J-C. Elles furent, elles aussi, transformées au Moyen-Âge en poste militaire, puis en quartier d’habitation (plus de 200 maisons). Trois hautes tours témoignent encore de leur rôle guerrier.

 

Crédit photo : arenes-nimes

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML et les attributs :% s

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>